Palmarès FIFHM 2020

📣 Le jury du FIFHM a rendu son verdict !

Le prix du meilleur long métrage est décerné à:


« 1919-1920. Après la Guerre, l’impossible oubli », de Gabriel Le Bomin (France).
Conçu à partir d’archives souvent inédites, cette fresque historique multiplie avec force les points de vue politiques, sociaux et culturels, offrant à travers des aspects passionnants de l’Histoire des femmes, du travail, de la médecine et du tourisme, l’un des portraits les plus complets du siècle dernier. Mises en valeur par une narration sensible et un montage sonore fluide, les images d’une grande beauté formelle révèlent l’ampleur du défi d’une société ravagée par quatre ans de conflits meurtriers. Parce que cet ambitieux documentaire commence là où les autres films sur la Grande Guerre finissent : la fin des combats dans les tranchées, la démobilisation des Poilus et le difficile retour à la vie normale, le jury du FIFHM est heureux de remettre le prix du meilleur long-métrage au film de Gabriel Le Bomin, « 1919-1920. Après la Guerre, l’impossible oubli » (France). 

Une mention spéciale du jury est décernée à:


« Vie et destin du Livre Noir : la destruction des Juifs d’URSS », de Guillaume Ribot (France).🏆
Porté par un montage exceptionnel conçu comme une véritable enquête, ce film traite d’un fait historique tragique peu exploité au cinéma. Entrelaçant des archives d’une richesse exceptionnelle avec une narration basée sur les témoignages tirés des écrits des trois principaux protagonistes, ce film essentiel nous raconte avec une finale magistrale les dessous maléfiques et insupportables que renfermait le livre noir. Parce que l’histoire du livre devient l’histoire d’un peuple constamment marqué par la destruction, la trahison, l’espoir et la mémoire, le jury souhaiterait accorder une mention spéciale au film de Guillaume Ribot, « Vie et destin du Livre Noir : la destruction des Juifs d’URSS » (France). 


Le prix du meilleur court métrage est décerné à:


« La Tondue » (Moffenmeid), de Raymon Hilkman (Pays-Bas).

Servi par la finesse du jeu des comédiens ainsi que par une trame sonore toute en subtilité, le film déplace la tension de ce moment tragique de l’histoire en interrogeant le déchirement d’une mère face à sa fille, humiliée par les habitants du quartier pour s’être liée à un soldat allemand durant la Seconde Guerre mondiale. Pour l’originalité du point de vue, ainsi que pour la sobriété et l’efficacité de la mise en scène toute faite de silences et de non-dits, le prix du meilleur court-métrage est attribué à « La Tondue »
(Moffenmeid) de Raymon Hilkman (Pays-Bas).

Les cofondateurs souhaitent remercier les cinéastes et producteurs de plus de 20 pays qui ont soumis leurs films, permettant la tenue de cette seconde édition -en ligne- malgré la crise sanitaire mondiale.

Nous remercions en particulier les membres de notre jury : Pascal Bastien et Pascale Ferland, coprésidents, ainsi qu’Éric Bédard, Claudie Lévesque et Julie Perron.

Un merci spécial à Thibaud Cyr Nicoloff, Annie Jussaume-Lavigne, Marion Malique et Eveline Trudel-Fugère pour leur aide précieuse ! Un grand merci aussi à notre partenaire MAtv, pour leur collaboration et leur appui.

Enfin, merci au public d’avoir été de la partie ! De retour en 2021 avec de grandes nouvelles !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *