LE FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM D’HISTOIRE DE MONTRÉAL (FIFHM) DÉCERNE SES PRIX… ET SE POURSUIT EN LIGNE!

Montréal, le 23 mai 2022 – Le jury du Festival international du film d’histoire de Montréal (FIFHM) a décerné hier, lors de sa soirée de clôture, trois prix et deux mentions spéciales à autant de films de sa sélection 2022. Co-présidé par Nicole Giguère, cinéaste, et Gilles Laporte, historien, et formé également des cinéastes Iolande Cadrin-Rossignol et Claudie Lévesque, le jury a en effet accordé le prix du meilleur long métrage au film Massoud, l’héritage, de Nicolas Jallot (France). Dans la catégorie moyen métrage, le prix du meilleur film a été décerné à La femme sans nom, l’histoire de Jeanne & Baudelaire, de Régine Abadia (France), ainsi qu’une mention spéciale à Le cul pointu, une histoire de shed, de James Gray et Marie-Christine Lavoie, (Canada). Enfin, du côté du court métrage, le film Un robot à soi, d’Anne Gabrielle Lebrun Harpin (Canada) a remporté le prix du meilleur film, alors que Nimeshkanaminan (Notre chemin), des sœurs Yasmine et Laura Fontaine (Canada) s’est mérité une mention spéciale du jury.

Meilleur long métrage : Massoud l’héritage

Ce film de Nicolas Jallot, qui raconte l’émergence du commandant Massoud et son influence sur la société afghane, a conquis les membres du jury par son récit, à la fois clair et palpitant, ainsi que par le montage époustouflant de cet authentique suspense mêlant guerres entre clans, manipulation médiatique, diplomatie et relations internationales. Ultimement, l’assassinat de Massoud, puis le terrifiant 11-septembre 2001 apparaissent presque inévitables tant l’intrigue est savamment nouée. 

Le jury a aussi noté la qualité exceptionnelle des témoins, la plupart au plus proche des événements qu’ils racontent, à la fois passionnés et méticuleux dans leur relation des faits. 

Le film permet enfin de saisir l’aura exceptionnelle d’un personnage devenu mythique, Ahmed Chah Massoud, chef de la nation Tadjik, et à travers lui le destin de l’Afghanistan tout entier, le cimetière des empires, où l’histoire semble s’obstiner à se jouer de nous depuis déjà des décennies.   

Meilleur moyen métrage : La femme sans nom, l’histoire de Jeanne & Baudelaire

Le film La femme sans nom, l’histoire de Jeanne & Baudelaire, de Régine Abadia, a été primé pour son récit qui nous révèle de manière émouvante la présence d’une femme ignorée de l’histoire auprès du poète Charles Baudelaire et son rôle fondateur dans la poésie de l’auteur. Comme dans le tableau de Courbet, l’image de Jeanne Duval réapparaît et traverse le temps. Le jury souligne également la richesse des illustrations visuelles qui nous font découvrir autrement les œuvres du célèbre poète, et l’écho de ce film qui nous rapproche de toutes les femmes oubliées de l’histoire.

Mention spéciale, moyen métrage : Le cul pointu, une histoire de shed

Le jury a également souhaité également remettre une mention spéciale au très beau film de James Gray et de Marie-Christine Lavoie, Le cul pointu, une histoire de shed. Narrant la construction par un groupe d’amis d’une barque traditionnelle aux Îles-de-la-Madeleine, le film nous initie au plaisir de prendre le temps… Le jury a été particulièrement touché par la proximité et la spontanéité des personnages, apparemment filmés sans prétention avec un simple téléphone. Les liens qu’ils nouent entre eux autour d’un projet consistant à faire revivre un savoir-faire sans autre désir que le plaisir que cela procure sont éloquents.

Meilleur court métrage : Un robot à soi

Les discours marketing des années 1940 à 1970 laissaient croire que les femmes devaient leur émancipation aux technologies ayant facilité le travail domestique. Ce film d’essai, d’Anne Gabrielle Lebrun Harpin, construit à partir de publicités et d’archives télévisuelles, explore ce discours du captalisme moderne à propos de la relation entre la femme et la technologie. Le jury désire souligner l’ingéniosité dans l’assemblage narratif des archives et l’originalité de leur propos, ainsi que la finesse et la justesse du montage du film. C’est pourquoi il a accordé une mention spéciale à cette œuvre fluide et sensible qui porte un regard encore actuel sur la condition des femmes.

Mention spéciale, court métrage : Nimeshkanaminan (Notre chemin)

Réalisé dans le cadre du Wapikoni mobile, le film des sœurs Yasmine et Laura Fontaine a touché le jury par le souci de transmission identitaire d’une jeune génération innue à travers la reprise actuelle des chemins de portage. Porté par la narration sensible et touchante des deux réalisatrices, le film s’est mérité une mention spéciale du jury.

Deux projets web interactifs à explorer gratuitement!

Entre cinéma documentaire, recherche académique et plateforme web, le FIFHM tient à souligner les efforts de vulgarisation de l’histoire par de nouvelles formes. Ainsi, deux projets web interactifs ont été sélectionnés et seront accessibles gratuitement sur nos plateformes web et Facebook du 18 mai au 5 juin. 

Le projet d’Alexandre Klein

Les infirmières de la folie est un projet d’Alexandre Klein, de l’Unité de recherche sur l’histoire du nursing à l’École des sciences infirmières de l’Université d’Ottawa. Mêlant cinéma d’animation et documentaire historique, ce webdocumentaire présente le parcours de trois infirmières, une réelle (Charlotte Tassé) et deux fictives (Émela et Rachel), fidèlement reconstitués à partir d’archives historiques issues de trois institutions psychiatriques québécoises. Il donne ainsi à voir l’évolution, tout au long du XXe siècle, de la formation et du travail infirmiers en psychiatrie.

Visitez le site du projet: https://www.lesinfirmieresdelafolie.ca/

Le projet de Dominique Santana

A Colonia Luxemburghesa pour sa part propose un périple dans la jungle amazonienne. Dominique Santana est historienne actuellement impliquée avec le Centre for Contemporary and Digital History (C2DH) de l’Université du Luxembourg.  En se fondant sur sa recherche doctorale, elle propose un projet transmédia, “A Colônia Luxemburguesa”. Le documentaire interactif lève le voile sur un siècle d’installations minières et métallurgiques dans la forêt amazonienne.

Visitez le site du projet: https://colonia.lu/fr

Le FIFHM en ligne sur Viméo on demand

UN PASSEPORT UNIQUE

L’édition 2022 du festival vous propose un tarif unique de 24,99$ pour accéder à une quarantaine de films. Du 18 mai au 5 juin, les cinéphiles pourront se procurer un passeport, valide pour 30 jours, qui donnera accès à tous les films en ligne. (Offre valable pour résidents canadiens)

Acheter son passeport, c’est facile !

  1. Accédez à notre portail Vimeo On Demand : https://www.vimeo.com/ondemand/fifhm2022
  2. Cliquez sur le bouton « S’abonner pour 24,99 $ » Une fenêtre vous invitera à vous abonner à Vimeo, ou à vous connecter à votre compte si vous en avez déjà un. Il vous est possible de vous abonner avec votre adresse de courriel, vos comptes Facebook ou Google. Cette étape est gratuite.
  3. Vous serez redirigé vers un écran de paiement pour accéder au portail du festival. Procédez selon les instructions indiquées, soit par Paypal ou par carte de crédit. Aucune donnée bancaire ne sera conservée au cours du processus d’achat et aucun frais supplémentaire ne vous sera facturé. Votre abonnement est valide pour 30 jours à partir de la date de facturation.
  4. Votre accès est enregistré dans vos paramètres d’abonné Vimeo. Il n’est ni échangeable, ni transférable. Il correspond au compte pour lequel l’achat est effectué. À la fin de la transaction, vous serez redirigé automatiquement vers la page Vimeo du festival.
  5. Choisissez un film, installez-vous confortablement, préparez le popcorn et bon festival ! Vous êtes invités à télécharger notre programme et à consulter les thématiques pour choisir selon vos envies et vos goûts -> http://fifhm.com/programmation-2022/

Pour nous contacter :info@fifhm.com ou https://www.facebook.com/FIFHMontreal/

La programmation 2022 est lancée!

Avec une sélection en salle (Cinémathèque québécoise) et une sélection en ligne (plateforme Vimeo on Demand), le FIFHM 2022 vous offre plus de 70 films d’histoire, courts ou long métrages, documentaires ou films de fiction, chacun trouvera matière à découverte !

Consultez les synopsis des films dans les programmations à télécharger, ci-dessous. Soyez des nôtres et suivez nos réseaux sociaux pour des annonces ponctuelles.

Loader Loading…
EAD Logo Taking too long?

Reload Reload document
| Open Open in new tab

Télécharger [290.35 KB]

Loader Loading…
EAD Logo Taking too long?

Reload Reload document
| Open Open in new tab

Télécharger [248.71 KB]

Appel à films 2022 !! *EXTENSION*

Le Festival international du film d’histoire de Montréal (FIFHM) lance dès aujourd’hui l’appel à films pour sa quatrième édition qui aura lieu du 18 au 22 mai 2022 à la Cinémathèque québécoise, dans une formule hybride.

Les cinéastes et producteurs ont jusqu’au 28 février 2022 pour soumettre leurs films sur Film Freeway ou par le formulaire disponible sur le site web du festival, www.fifhm.com La sélection officielle sera dévoilée au public le 1er avril prochain.

Le Festival veut favoriser la rencontre entre cinéastes, historiens et le grand public autour de films de tout genre (fiction, documentaire, animation, expérimental, etc.) et de toute durée, qui touchent d’une manière ou d’une autre à l’histoire. 

À l’occasion de cette quatrième édition, le FIFHM espère retrouver les festivaliers en grand nombre, en salle ou en ligne. Il remettra pour l’occasion des prix d’excellence, soit un pour le long métrage et un pour le court métrage.

À propos du FIFHM

Le Festival international du film d’histoire de Montréal a été fondé par Richard D. Lavoie, cinéaste, Éliane Bélec, historienne et Mathieu Trépanier, historien. Il a tenu sa première édition en 2019, à la Cinémathèque québécoise.

– 30 –
Source et demandes d’entrevues : Richard D. Lavoie | 514-238-9801 | info@fifhm.com

Les lauréats du FIFHM 2021

Le jury du Festival international du film d’histoire de Montréal (FIFHM) a décerné aujourd’hui deux prix et deux mentions spéciales à autant de films de sa sélection 2021. Co-présidé par Pascal Gélinas, cinéaste, et Jean-François Leclerc, historien et muséologue, et formé également des cinéastes Catherine Veaux-Logeat et Lisa Sfriso, le jury a en effet accordé le prix du meilleur long métrage au film La dernière d’entre elles, de Pierre Goetschel (France), ainsi qu’une mention spéciale à Aqui y alli – Journal d’une exilée, de Emma Fariñas (France). Du côté du court métrage, le prix du meilleur film a été décerné à Attimi Sospesi (Moments suspendus), de Stefano Fiori (Italie), ainsi qu’une mention spéciale à Inniun ueshkat mak anutshish (La vie, avant et maintenant), de Marie Menie Mark et de l’équipe de Wapikoni mobile (Canada).

Prix du meilleur long métrage : La dernière d’entre elles, Pierre Goetschel, France

Cette œuvre marquante raconte l’amitié unique d’un groupe de femmes françaises qui se sont rencontrées dans le camp d’Auschwitz Birkenau. Livrant un témoignage précieux tiré des écrits intimes de ces femmes dont celui de Fernande, la grand-mère du réalisateur, le film offre un regard inédit sur cette période sombre de l’histoire. Par l’expérience personnelle des unes et des autres dans le camp, leur résilience et leur complicité exceptionnelle, La dernière d’entre elles s’intéresse également au parcours de Rosette, la dernière survivante, qui, malgré qu’elle n’ait jamais été capable de lire les récits de ses amies aujourd’hui disparues, livre son expérience aux jeunes dans les écoles. À partir d’archives précieuses et des témoignages écrits de Suzanne, Fernande et les autres, La dernière d’entre elles s’inscrit inévitablement dans la mémoire collective d’un événement historique qui continue de hanter les générations.  

Mention spéciale, long métrageAqui y alli – Journal d’une exilée, Emma Fariñas, France

Pour avoir si justement fait revivre l’histoire à partir d’un récit imaginaire, pour sa trame sonore exceptionnelle, pour la force et la beauté des photos qui rendent ce récit criant de vérité, pour l’ode au courage des femmes et à la résilience de tout un peuple ployant sous le joug de la dictature de Franco, le jury a cru nécessaire de décerner une mention spéciale au magnifique film d’Emma Fariñas, Aqui y alli – Journal d’une exilée.

Prix du meilleur court métrageAttimi Sospesi (Moments suspendus), Stefano Fiori, Italie

Le prix du meilleur court-métrage va à un film qui nous plonge au cœur de la deuxième guerre mondiale : Attimi Sospesi. Un court métrage qui relate une histoire fascinante : celle de l’abbaye de Monte Cassino, qui surplombe la ville de Cassino, en Italie. Lieu d’intenses bombardements alliés qui croyaient que les forces allemandes s’y terraient, l’abbaye fut totalement détruite en 1944. En amont de ces bombardements, un colonel allemand qui savait que l’abbaye serait bombardée, s’est donné comme mission de sauver les œuvres d’arts, artefacts archéologiques et éléments du patrimoine culturel et religieux italiens qui s’y trouvaient. Ce récit filmique, raconté à plusieurs voix par des comédiens personnifiant le colonel allemand et des moines bénédictins méfiants, donne vie à une opération de sauvetage hors du commun. En quelques semaines, l’abbaye de Monte Cassino fut vidée de ses trésors par les Allemands, avec le soutien des moines bénédictins, afin que les œuvres et le patrimoine soient ramenés vers Rome. Le cinéaste a su diriger les comédiens incarnant les personnages avec justesse et réussit à nous plonger au cœur des dilemmes moraux qu’ont pu vivre les personnages. Attimi Sospesi est un devoir de mémoire réalisé avec finesse et intelligence et qui donne vie à un moment oublié d’histoire. 

Mention spéciale, court métrageInniun ueshkat mak anutshish (La vie, avant et maintenant), Marie Menie Mark et l’équipe de Wapikoni mobile, Canada

Le feu qui craque, l’eau qui bout, le lichen sur le piquet d’une hutte; une mère et sa fille et leur peu de mots; quelques photos, quelques objets et le mur de gypse d’une maison moderne qui se superposent sur la toile de la tente. Tout est dit en 4 minutes 55 secondes. Par sa forme, son esthétique, le choix sobre et judicieux de ses images et de son ambiance sonore, ce très court métrage réussit à nous faire vivre, sans nostalgie apparente, le passage des Innus de Pakuashipi au Québec de la vie en hutte traditionnelle à la vie dans la maison moderne. Cet exploit poétique tout en délicatesse, raffinement et discrétion des coréalisateurs, le jury a voulu le souligner par une mention spéciale.

3e édition du Festival international du film d’histoire de Montréal

L’histoire du Québec et du monde en tête d’affiche!
En ligne du 12 au 23 mai

Montréal, le 4 mai 2021 – L’équipe du Festival international du film d’histoire de Montréal (FIFHM) dévoile aujourd’hui la programmation de son édition 2021, qui aura lieu en ligne du 12 au 23 mai prochain. Pour cette 3e édition, vous pourrez acheter un passeport au coût de 25 $ qui vous donnera accès à 42 films de tous genres (documentaire, fiction, animation) provenant de 11 pays. Voyagez dans le temps et soyez témoins des moments historiques qui ont changé et qui changent encore le cours de nos vies.

Consultez la programmation en ligne et découvrez dès aujourd’hui les différents thèmes et volets de cette troisième édition du FIFHM : www.fifhm.com/programmation-2021/

L’histoire du Québec est mise en lumière par des films qui l’abordent par l’expérience personnelle de ses protagonistes et de ses témoins. Ainsi en est-il d’une petite ville, Asbestos, aujourd’hui Val-des-Sources, qui a exploité pendant plus d’un siècle ce qui fut à un moment la plus grande mine d’amiante au monde. Retour sur la communauté, son avenir et la volonté d’oublier ce passé industriel avec Une fois la poussière retombée de Hervé Demers. Inniun ueshkat mak anutshish de Marie Menie Mark propose une discussion entre mère et fille sur leur passage de la vie en hutte traditionnelle à la vie dans la maison moderne. Bâtiment 7 de Jacinthe Moffat est un pied de nez au système capitaliste car le Bâtiment 7, vestige industriel du siècle dernier, reprend vie par et pour les gens de Pointe-Saint-Charles après plus d’une décennie d’engagement de militants convaincus. La nuit des chutes d’Ariane Bilodeau met en scène un historien au don de voyance qui erre dans les rues d’une ancienne Ville-Lumière. Il entrevoit, dans les chutes de Shawinigan, une méditation sur l’Histoire humaine en perte de sens. Et que dire de Tshima it de de Jani Bellefleur-Kaltush qui se penche sur l’étiolement d’une langue riche de nuances, la langue innue. 

Que ce soit sur l’histoire des femmes, avec par exemple Le ciel est à elles de Valérie Manns sur trois femmes exceptionnelles, pionnières de l’aviation, ou sur le destin des individus pris dans la tourmente de la guerre civile espagnole, avec L’automne de l’histoire de Marcel Buisan, ou encore sur l’histoire des fractures de la société américaine avec Toni Morrison et les fantômes de l’Amérique de Claire Laborey et Ku Klux Klan, une histoire américaine de David Korn-Brzoza, c’est un regard sensible et documenté que nous offrent les réalisateurs et réalisatrices des films programmés. Le Moyen-Orient n’est pas en reste, avec des films qui parle autant des correspondances assyriennes d’il y a environ 4000 ans, grâce à des tablettes d’argile trouvées en Turquie dans Ainsi parle Taräm-Kübi – Correspondances assyriennes de Vanessa Tubiana-Brun, que de l’histoire récente, avec Jean-Pierre Canet, grand reporter et réalisateur, qui nous présente son travail d’enquête minutieux dans Iraq : la destruction d’une nation 1990-2001

Événements / Facebook Live À venir – Surveillez notre page Facebook!

Des prix honorifiques seront remis pour les meilleurs court et long métrages par un jury coprésidé par Pascal Gélinas, cinéaste et Jean-François Leclerc, historien et muséologue, jury aussi formé de Lisa Sfriso et Catherine Veaux-Logeat, cinéastes. Les gagnants seront dévoilés dimanche, le 16 mai.

La soirée spéciale d’ouverture, en partenariat avec Éléphant, aura lieu à la Cinémathèque québécoise sur invitation seulement. Trois épisodes de la série Le Son des Français d’Amérique d’André Gladu et de Michel Brault y seront présentés, en présence du réalisateur André Gladu. Surveillez notre page Facebook, et courez la chance de gagner une paire de billets pour cet événement spécial.

Consultez la programmation en ligne sur le site www.fifhm.com/programmation-2021/

Suivez-nous sur Facebook www.facebook.com/FIFHMontreal/

Visionnez la bande-annonce du festival www.youtube.com/watch?v=Tz3F-3YwzMw

À propos du FIFHM

Le Festival International du Film d’Histoire de Montréal est un événement culturel annuel consacré au cinéma d’histoire.  Ses fondateurs, des cinéastes et des historiens, sont passionnés par l’expression de l’histoire à travers le médium cinématographique. Pour sa troisième édition, le FIFHM est heureux de s’associer au tout nouveau Festival d’histoire de Montréal, qui se déroulera dans les musées montréalais du 14 au 16 mai 2021.

-30-

Pour des entrevues et projections de presse :

Sylvie Deslauriers DLC – 514 824-0670

cinecom@ca.inter.net

Palmarès FIFHM 2020

? Le jury du FIFHM a rendu son verdict !

Le prix du meilleur long métrage est décerné à:


« 1919-1920. Après la Guerre, l’impossible oubli », de Gabriel Le Bomin (France).
Conçu à partir d’archives souvent inédites, cette fresque historique multiplie avec force les points de vue politiques, sociaux et culturels, offrant à travers des aspects passionnants de l’Histoire des femmes, du travail, de la médecine et du tourisme, l’un des portraits les plus complets du siècle dernier. Mises en valeur par une narration sensible et un montage sonore fluide, les images d’une grande beauté formelle révèlent l’ampleur du défi d’une société ravagée par quatre ans de conflits meurtriers. Parce que cet ambitieux documentaire commence là où les autres films sur la Grande Guerre finissent : la fin des combats dans les tranchées, la démobilisation des Poilus et le difficile retour à la vie normale, le jury du FIFHM est heureux de remettre le prix du meilleur long-métrage au film de Gabriel Le Bomin, « 1919-1920. Après la Guerre, l’impossible oubli » (France). 

Une mention spéciale du jury est décernée à:


« Vie et destin du Livre Noir : la destruction des Juifs d’URSS », de Guillaume Ribot (France).?
Porté par un montage exceptionnel conçu comme une véritable enquête, ce film traite d’un fait historique tragique peu exploité au cinéma. Entrelaçant des archives d’une richesse exceptionnelle avec une narration basée sur les témoignages tirés des écrits des trois principaux protagonistes, ce film essentiel nous raconte avec une finale magistrale les dessous maléfiques et insupportables que renfermait le livre noir. Parce que l’histoire du livre devient l’histoire d’un peuple constamment marqué par la destruction, la trahison, l’espoir et la mémoire, le jury souhaiterait accorder une mention spéciale au film de Guillaume Ribot, « Vie et destin du Livre Noir : la destruction des Juifs d’URSS » (France). 


Le prix du meilleur court métrage est décerné à:


« La Tondue » (Moffenmeid), de Raymon Hilkman (Pays-Bas).

Servi par la finesse du jeu des comédiens ainsi que par une trame sonore toute en subtilité, le film déplace la tension de ce moment tragique de l’histoire en interrogeant le déchirement d’une mère face à sa fille, humiliée par les habitants du quartier pour s’être liée à un soldat allemand durant la Seconde Guerre mondiale. Pour l’originalité du point de vue, ainsi que pour la sobriété et l’efficacité de la mise en scène toute faite de silences et de non-dits, le prix du meilleur court-métrage est attribué à « La Tondue »
(Moffenmeid) de Raymon Hilkman (Pays-Bas).

Les cofondateurs souhaitent remercier les cinéastes et producteurs de plus de 20 pays qui ont soumis leurs films, permettant la tenue de cette seconde édition -en ligne- malgré la crise sanitaire mondiale.

Nous remercions en particulier les membres de notre jury : Pascal Bastien et Pascale Ferland, coprésidents, ainsi qu’Éric Bédard, Claudie Lévesque et Julie Perron.

Un merci spécial à Thibaud Cyr Nicoloff, Annie Jussaume-Lavigne, Marion Malique et Eveline Trudel-Fugère pour leur aide précieuse ! Un grand merci aussi à notre partenaire MAtv, pour leur collaboration et leur appui.

Enfin, merci au public d’avoir été de la partie ! De retour en 2021 avec de grandes nouvelles !

FIFHM 2020 : Pour voir les films sur Vimeo

Bonjour et merci de votre intérêt pour le FIFHM!

UNE FORMULE 10 – 20 – 30
L’édition 2020 du festival vous propose un tarif unique pour accéder à toute la sélection, pendant toute la durée du festival. Pendant 10 jours, pour 20 $, vous pourrez visionner 30 films!

PAS-À-PAS: ÉTAPES À SUIVRE

  1. Accédez à notre portail Vimeo On Demand : https://www.vimeo.com/ondemand/fifhm2020
  1. Cliquez sur le bouton violet « S’abonner pour 19,99 $ »

  2. Une fenêtre vous invitera à vous abonner à Vimeo, ou à vous connecter à votre compte si vous en avez déjà un. Il vous est possible de vous abonner avec votre adresse de courriel, votre compte Facebook ou votre compte Google. Cette étape est gratuite.

  3. Vous serez redirigé vers un écran de paiement pour accéder au portail du festival. Procédez selon les instructions indiquées, soit par Paypal ou avec votre carte de crédit. Le FIFHM assure son public qu’aucune information personnelle ne sera conservée au cours du processus d’achat et qu’aucun frais supplémentaire ne vous sera facturé par Vimeo ou par le FIFHM.  Votre abonnement est valide pour la durée du festival, soit jusqu’au 14 juin.  Le portail sera fermé à la fin du festival.

    Vous n’aurez plus à payer pour toute la durée du festival! Votre accès est enregistré dans vos paramètres d’abonné Vimeo. Il n’est ni échangeable, ni transférable. Il correspond au compte pour lequel l’achat est effectué.  À la fin de la transaction, vous serez redirigé automatiquement vers le portail Vimeo On Demand du festival.
  1. À partir du portail Vimeo On Demand du FIFHM, choisissez un film! Vous êtes invités à télécharger notre programme et à consulter les thématiques pour choisir selon vos envies et vos goûts.

  2. Installez-vous confortablement, préparez le popcorn et bon festival!

Pour du soutien et plus d’informations :

info@fifhm.com ou https://www.facebook.com/FIFHMontreal/

COVID-19 : REPORT DU FESTIVAL EN JUIN 2020

Amis festivaliers amoureux d’histoire et de cinéma, la pandémie de COVID-19 nous contraint à repousser la tenue de la seconde édition du Festival international du film d’histoire de Montréal. De nouvelles dates seront annoncées très bientôt. Nous sommes présentement en communication avec la Cinémathèque québécoise pour trouver un nouveau créneau au début du mois de juin. D’autres annonces suivront bientôt sur nos réseaux sociaux. D’ici là, restez chez vous et regardez des films !